Pensionnat RPG Jeux de rôle [ NC-16]
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Shiro Kobayashi, ça vous dit quelque chose...?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
I'm Shiro Kobayashi !

Nombre de messages : 8
Age : 22


Feuille de personnage
Orientation: Bisexuel(le)
Situation: 100% célibataire
Relationship:
MessageSujet: Shiro Kobayashi, ça vous dit quelque chose...? Mer 7 Nov - 16:54


Dossier d'inscription à Yokosami



Shiro
CARTE D'IDENTITÉ

NOM DU PERSONNAGE :
Shiro Kobayashi
ÂGE / DATE DE NAISSANCE : 17 ans, né un certain 07 novembre.
SEXE : Masculin
SPORT : Taekwondo - Roller
ORIENTATION SEXUELLE : asexuel /PAN/ Bisexuel (à tendance gay, tout de même)
GROUPE SANGUIN : B+
PROFESSION :
RAISON DE SA PRÉSENCE A LA PENSION : Trop turbulent à l'école, il a été placé dans cette pension par ses parents, sous l'oeil attentif de "tata"...

PHYSIONOMIE

Shiro, au Japon, signifie « blanc », et par extension, la pureté, la sagesse. Alors pourquoi est-il affublé de ce prénom ?
Ses longs cheveux sont noirs comme la nuit, qu'il coiffe au dessus de sa tête avec une quantité de gel peu négligeable. Son frère aimait bien dire qu'il se coiffait en « queue de canard », à cause de la forme inhabituel qu'il donnait à ses cheveux. Et malgré ce surnom désagréable, Shiro n'a jamais cessé de se coiffer de la sorte. Ses yeux bleus azur tirent parfois sur des teintes plus foncés et toujours plus ténébreuses, scellés par de court cils noirs ; ces beaux yeux bleus que sa mère aimait tant, hérités des gènes de la famille Kobayashi. A 17 ans, il a toujours gardé son visage fin d'enfant, accentuant son côté efféminé, qu'il utilise souvent pour mentir sur son âge. C'est sur que se rajeunir ne l'avantage en rien, mais c'est assez drôle de se moquer des autres comme ça. De toute façon, avec sa bouille de gamin de 13 ans, personne ne le croit jamais lorsqu'il apprenne qu'il est pratiquement majeur, et au vu des autres membres de sa famille, il se doute aussi que c'est héréditaire et qu'il n'aura jamais la chance de paraître plus viril. Des mèches noirs viennent couvrir son front, et, des temps à autres, obstruent même son regard. A partir du moment où il quitte sa chambre, il se moque complètement de ce qu'il peut arriver à ses cheveux, même s'ils le dérangent. Il est plutôt grand, mais pas très musclé. Avec ses 69kg, on pourra difficilement le comparer à un gars baraqué comme un rugbyman. Son mètre 72 lui est fort utile pour sa pratique de taekwondo, sport qu'il adore depuis qui est tout jeune, et il s'amuse souvent à taquiner sa « petite » tante avec, Reina. Il fait aussi beaucoup de roller, mais plus par plaisir que dans un club, en fait. C'est d'ailleurs comme ça qu'il se déplace dans la ville et souvent, le dimanche quand il n'a rien à faire -ce qui est fréquemment le cas-, il part faire un tour du côté du skate-parc pour se dégourdir un peu les jambes. Autour de lui, il a toujours été considéré comme « mignon ». Pas beau, ni sexy. Non, juste mignon. Comme les petites filles ou bien les peluches. A vrai dire, cela fait partie des choses dont il se moque éperdument, mais à force d'à force, ce terme récurent lui donne mal à la tête. Et sa peau toute pâle de poupée de porcelaine n'arrange pas tellement son cas. C'est peu être pour ça qu'il s'appelle Shiro...

De même pour sa garde robe, Shiro ne quitte jamais les tons noirs, sombres qui continue de prouver qu'il est tout sauf baigné dans la lumière. La plupart du temps, il porte un T-Shirt noir aux manches courtes dans le col remonte jusqu'à recouvrir tout son cou. Des gants en cuir sont constamment à ses mains, été comme hiver, car ils sont bien pratique lorsqu'il tombe de roller (ce qui n'arrive que très rarement, précisons le) ou bien quand il doit collé son poing dans la figure d'une tierce personne. Son pantalon qui descend juste au dessus de ses chaussures est noir également, ainsi que ses bottes traversées par une multitude de lacets. C'est souvent la tenue qu'il porte quand il n'est pas au lycée, où l'uniforme et obligatoire et qu'il exècre plus que tout.

CARACTÈRE

Comment définir la psychologie de Shiro ? Une fois de plus, et on ne cessera d'y revenir, ce prénom n'a absolument aucune logique le concernant. Il est loin d'être un enfant immaculé de pureté, bien au contraire d'ailleurs. Lorsqu'il était jeune, c'était quelqu'un agité, perturbateur, incapable de se concentrer correctement sur ses cours, préférant embêter ses camarades de classe. Il était, en effet, la tête brûlée de son école primaire. Il aime se battre, c'est un fait. C'est pour ça qu'il avait dû s'inscrire à des cours d'art martiaux pour se canaliser, ce qui donna de bons résultats, bien que l'envie combative du jeune garçon n'est jamais réellement disparue. Si on le tente trop, ou si quelqu'un qu'il apprécie et en danger, il n'hésite pas à frapper, voire même à tuer... Il aura vite apprit à calmer ses pulsions, mais il n'en devint pas moins docile et facile à approcher. Bizarrement, il n'est pas du genre à s'énerver pour un rien, quand il frappe, ce n'est forcément parce qu'il est en colère, mais c'est juste un besoin comme un autre de se défouler. Il faut bien évacuer la pression de tant à autre.

Il supporte très facilement la solitude et a du mal à s'entendre avec les autres, surtout ses espèces de mannequins sur pattes qui passent leurs temps à se maquiller, se moquer des autres et à jouer avec leurs portables en cours. Malgré ça, et quelque soit leur sexe, il aime bien la compagnie des enfants. Ils ont un côté à la fois apaisant et agaçant. Cette partie de lui est sûrement accentué à cause de son âme paternel et protecteur, c'est peut-être bien la seule chose que l'on ne peut pas lui reprocher. Et c'est l'une des rare une chose qui n'a pas disparu chez lui, bien que ce ne soit pas visible du tout à la première approche. Etant de ses enfants qui ont passés une majeur partie de leur vie à fuir leur famille, il n'a jamais eu peur du noir, des cimetières ou de tous les autres choses glauques qui pourraient effrayer un môme de 7 ans. Les fantômes, de toute façon, ça n'existe pas.

A côté de ça, Shiro voue un véritable culte à ces petites pastilles sucrées que l'on appelle chewing-gums. C'est sûrement à cause de ça qu'il ne mange pas beaucoup. En effet, la nourriture est loin d'être son principal désir ni son besoin le plus important dans la vie. Il se nourrit peu et fait énormément de sport, ce qui rend sa santé fragile. Et ça non plus, ça ne se voit pas, car il reste relativement robuste sous ses airs tout frêle. Mais c'est tout de même un carnivore dans la peau, et un gros morceau de viande le fera toujours saliver. Il apprécie la bonne nourriture aussi, et bien qu'il ne se jettera jamais dessus comme un affamé, il sera en profiter pleinement. Etant né et ayant vécu au Japon toute sa vie, il a, évidemment, un penchant plus explicite pour la cuisine asiatique et supporte mal la mal-bouffe américaine -il paraît qu'il mette des anti-vomitif dedans en plus.

Du genre à détester rester sur place, Shiro est, depuis son plus jeune âge, un garçon qui a besoin de courir à gauche et à droite sans raison apparente. C'est pour ça qu'il était souvent amené à fuguer de chez lui le soir, après le couvre-feu, et les répercutions étaient très souvent... Inexistante. Il n'est pas fait pour être enfermé entre quatre murs ; il a besoin d'espace et de liberté pour se sentir bien ! C'est pour cette raison qu'il a toujours eu du mal à intégrer un internat scolaire, et qu'il avait des professeurs à domicile pour obtenir une éducation un tant soit peu valable. Mais cela n'a pas empêché sa mère, car son père n'en avait strictement rien à foutre de lui, de l'envoyer dans un pensionnat on ne sait où, pour on ne sait pour quel prétexte absurde, en compagnie de l'espèce de naine sur patte qui lui sert de tante.

HISTOIRE

07 novembre, il y a 17 ans

Deux. Ils étaient deux. Le miracle de la vie avait accomplit son devoir, remplissant la tâche qu'on lui avait confiée. Deux. Deux petits corps chétifs et pâles, paisiblement endormis dans leur couffin un brin trop étroit pour eux. La mère, encore transpirante et essoufflée avait à nouveau survécu à cette épreuve, car il n'était pas rare qu'une femme aussi faible qu'elle ne succombe lors d'un accouchement. Et pourtant, dans cette pièce éclairée où , personne ne souriait. Personne n'osait souffler le moindre son, de peur d'énerver encore plus le père qui serrait le poing, ou de voir la mère verser une énième larme. Elle avait faillit.
Dehors, la pluie battait les carreaux, faisant plier les arbres et vibrer les vitres. Les gens s'agitaient de toute part pour se trouver un abri. Personne ne comprenait comment cette pluie était arrivé, alors que le soleil brûlait encore les peaux il y a quelques minutes. Les ombrelles de dentelle des femmes servaient de parapluie et les hommes se cachaient sous leurs journaux aux écritures effacées, tandis que les enfants s'amusaient à attraper les gouttes d'eaux, peu soucieux de salir leurs vêtements.
A l'intérieur, un petit garçon de 6 ans pénétra dans la chambre, tout excité à l'idée de faire connaissance avec son nouveau petit frère. Mais à peine eu t-il posé les yeux dans le berceau qu'il comprit qu'il n'aurait pas dû entrer maintenant. Perdant alors son sourire rieur, il fixa les deux bébés. L'un était un petit garçon un peu fragile, l'autre était une petite fille au visage doux. Mais aussi jeune qu'il puisse être, le petit garçon se rendit compte que quelque chose n'allait pas.
Lui, il s'appellera Shiro, car il est né cette nuit de pleine lune qui avait éclairé le ciel noir. Elle, elle n'aura pas la chance de porter le prénom que ses parents lui aurait légué, car à peine avait-elle eu mit le nez dehors qu'elle avait cessé de respirer.

15 décembre, il y a 6 ans.

Le ciel était aussi gris que la neige pouvait être blanche. L'hiver n'avait jamais était aussi rude. Les rues étaient désertes, les arbres avaient perdus leur splendeur, les animaux avaient fuis le jardin. Tout était blanc et calme. Tout était si beau. Il était là, tout seul, dans ce paradis blanc que lui seul semblait apprécier à sa juste valeur. Il tendait les mains vers ce ciel triste qui déversait toujours plus de neige, laissant les flocons fondre au contact de sa peau, sentant toujours plus de frisson déformer son corps. Il n'avait pas de gants, pas de chaussures, pas même d'écharpe ni de manche pour recouvrir ses bras alors que le monde entier s'emmitouflait dans de grosses couverture, au coin du feu. Il était là, et il sentait chaque millimètre de sa peau s'imprégner de cet air froid.

« Jeune maître, ne restez pas dehors par ce temps ! »

Une femme aux cheveux noirs comme les plumes d'un corbeaux et aux joues rougit par le froid accourra vers lui, laissant derrière elle des traces de pas qui ne tarderaient plus à être recouverte par toujours plus de neige. Elle s'accroupit rapidement face à lui, déboutonnant son manteau beige et entoura le cou du petit garçon pour le protéger du vent de l'hiver.

« Ce sont mes parents qui vous ont demandés de venir me chercher ? »
« Non, pas du tout, mais vous allez attraper froid.
»

Il sourit en retirant la veste qu'on avait posé sur ses épaules, la tendant à sa propriétaire d'origine. Il n'avait pas froid de toute façon, mais personne ne le savait.

« Ce n'est pas grave alors, je peux encore rester ici. C'est vous qui devriez rentrer. On a sûrement besoin de vous là-haut. »

Il se retourna vers le manoir, posant son regard sur l'une des fenêtres qui avait une vue directe sur la cour, en fixant là où il savait qu'il se trouvait. Là où il savait qu'il le toisait de son regard bovin et neutre. Son sourire innocent se transforma en un sourire résigné, et il déposa sa main nue sur la tête de la servante qui était toujours agenouillée à sa hauteur.

« Et puis, vous risquez de vous faire grondez par mon père si vous restez là. Je sais qu'il doit bientôt repartir. »

La femme baissa la tête, peut-être pour cacher ses larmes de compassion. Oui, elle avait de la peine pour ce garçon, et elle ne voulait pas, elle ne comprenait pas que l'on puisse traiter un enfant comme ça. Un enfant aussi pur ne pouvait pas accepter ainsi à être rejetée par ses parents. C'était injuste. Néanmoins, il semblait tout accepter, il était fort. Ou bien, il s'en moquait complétement, de la manière dont ses parents le traitait. Mais c'était impossible, on a tous besoin de parent à nos côtés pour nous aider à grandir ! Elle serra entre ses doigts la veste qu'on lui avait refusée.
____________________


Son père, Makoto Kobayashi, était l'héritier de la société de finance tenue par la famille Kobayashi, qui bientôt, sera léguée à son grand-frère, Takeshi. C'était comme ça. L'aîné de chaque génération recevait lors de son passage à l'âge adulte le droit de diriger cette société. Alors toute sa vie, Takeshi avait été prit sous l'aile attentive de son père, tandis que Shiro se contentait de regarder de loin son cher frère qui ne tarderait plus à accéder au « trône ». Lorsqu'ils quittaient la maison pour un voyage d'affaire quelconque -car les deux hommes partaient toujours ensemble pour apprendre les ficelles du métier à Takeshi-, Shiro se retrouvait pratiquement seul dans le palais qui lui servait de maison. Mais que faire d'autres pour attirer l'attention de ses parents ? Être insupportable ? C'était comme ça qu'il faisait, dans les films. C'est ainsi que Shiro, petit à petit, devint un garçon turbulent, violent, peu attentif. Considéré comme le cancre de sa classe, il avait finalement atteint le rang de « honte de la famille Kobayashi ». Sa mère, Yori, passait son temps entre son travail, le bureau du directeur du collège de Shiro et le poste de police. Pourquoi ? Parce Shiro ne tenait plus en place. Il n'était jamais dans sa chambre le soir et pouvait disparaître pendant plusieurs jours sans donner aucunes nouvelles. Parfois, on le retrouvait au petit matin, endormi sur le porche de la maison, couvert de bleu et la lèvre en sang. Mais jamais son père ne se préoccupa de lui. Pas une seule fois il se rendit aux convocations du directeur. Non, Takeshi était plus important.

Yori n'en pouvait plus. Ce n'était plus possible de vivre avec un démon pareil. Pendant un temps, il fut interdit de sortir de chez lui, il avait même eu des espèces de gardes du corps qui le surveillait jour et nuit. Alors, il se renferma. Il ne voulait plus parler à personne, il ne mangeait plus rien. S'il avait la force de sortir de son lit, on lui conseillait immédiatement de retourner se coucher tant le teint de sa peau était maladif. Bref, de nouveau, il changea du tout au tout. Et de nouveau, son père se contenta de l'ignorer.

Aujourd'hui

Yokosami. C'était le nom de sa nouvelle maison. Un pensionnat qui accueillait toute sorte de personne ; des adultes, des adolescents, des lycéens. Un endroit où on foutait les gens dont on ne voulait plus, en fait. Yokosami. C'était bien loin de son chez lui. Pourquoi l'avoir envoyé là ? Il savait bien pourquoi, ce nom lui disait quelque chose. C'était un pensionnat que sa famille avait racheter il y a quelque temps et qui, par pur piston, y avait mis à sa tête l'une des sœurs de son père, Reina Kobayashi. Enfin non, pas vraiment à sa tête. Presque. Pour le surveiller. Au cas où il ferait trop de grabuge, ce qui était sûr et certain d'ailleurs. Il allait devoir faire avec, pour l'instant. Serrer les dents et être... discret. Non, pas sage, discret. Et avec un peu de chance, peut-être que sa tante était quelqu'un de sympa et compatissant. Ou bien une mini-pouce accro au nutella...

HORS JEU

AVATAR CHOISIT : Noctis Lucis Caelum - Final Fantasy Versus XIII (noon, c'est pas Sasuke xD)
VOTRE PSEUDO : Akamae (a)
VOTRE ÂGE : 16 magnifiques printemps...!
CODE DU RÈGLEMENT : Are you fucking kidding me...?


Dernière édition par Shiro Kobayashi le Jeu 8 Nov - 15:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Shiro Kobayashi !

Nombre de messages : 8
Age : 22


Feuille de personnage
Orientation: Bisexuel(le)
Situation: 100% célibataire
Relationship:
MessageSujet: Re: Shiro Kobayashi, ça vous dit quelque chose...? Jeu 8 Nov - 14:51

Double post, pour signaler que j'ai finis ma fiche ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Perle D. Ryan !

Nombre de messages : 279
Age : 24


Feuille de personnage
Orientation: Hétérosexuel(le) confirmé(e)
Situation: Libertin(ne)
Relationship:
MessageSujet: Re: Shiro Kobayashi, ça vous dit quelque chose...? Ven 9 Nov - 15:53

• Bienvenue !

Je te valide !

Et vue que tu commences une nouvelle vie chez nous va vite jeter un coup d'oeil dans les demandes de RP, peut-être y trouveras-tu chaussure à ton pied pour commencer ton aventure à Yokosami. Et pour finir, si tu veux avoir un avatar et une image rien qu'à toi je te conseille d'aller Recenser ton avatar.

Bon RP à toi \o !
Revenir en haut Aller en bas
I'm Contenu sponsorisé !


MessageSujet: Re: Shiro Kobayashi, ça vous dit quelque chose...?

Revenir en haut Aller en bas

Shiro Kobayashi, ça vous dit quelque chose...?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Si vous voyez quelque chose tomber en poussière, sachez que la Lumière approche.
» Si vous avez besoin de quelque chose, appelez-moi. Je vous dirai comment vous en passer.
» Avez-vous quelque chose à ajouter ?
» Un lien c'est quelque chose d'unique, qu'il soit positif ou négatif. Alors, vous en voulez un avec moi ?
» Dans chaque femme il y a quelque chose de bien, mais vous devez l'introduire vous même !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Yokosami :: Tout d’abord et avant tout ! :: Fiches de Présentations :: ♫ Etudiants-
Sauter vers: