Pensionnat RPG Jeux de rôle [ NC-16]
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

A new road... Then I looked forward (pv lovren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar
I'm Invité !


MessageSujet: A new road... Then I looked forward (pv lovren) Mer 29 Aoû - 17:33

« Pourquoi ma vie a-t-elle été si chambouler ? Maman ou es-tu… Sans toi, tout est perdu, je suis perdue. Tu es partie si tôt que je n’ai même pas pu profiter de toi une dernière fois… Et si je t’avais prévenue que je n’avais pas cours le soir de l’événement peut être que tu serais encore la avec moi… Tes bras me manquent, le sourire que tu affichais sur ton visage n’est plus, cette photo que je garde précieusement avec moi… Maman tu manques beaucoup à papa… Dis-moi, Léa est avec toi ? J’espère que vous allez bien… J’aimerais tant être avec vous… Vous me manquez tellement… Maman… »

Cela fera bientôt deux que tout est arrivé, que papa et moi ne sommes plus que deux, mon père lui, avait continué a travaillé dans son entreprise, heureusement, sinon nous n’aurions plus rien a nous mettre sous les dents et on finirait surement comme tous ses clochards dans la rue en train de mendier quelques sous pour pouvoir s’acheter de bonne brioche sortie du four… Bien sûr ce n’est pas le cas et nous vivons bien…

Le reste de ma vie en Angleterre n’était pas très fameuse, je me rappelle que dès la fins des cours je courais me réfugier dans ma chambre, prenant la petite peluche que ma mère m’avait offerte, je le serais assez fort pour essayer de sentir sa présence, mais rien n’y fait, je me sentais toujours aussi seule. Le seul moment où je pouvais laisser sortir toute ma colère était dans la musique que je compose moi-même, il met souvent arrivé de prendre ma guitare afin de gratter un peu, ou complètement de jouer une mélodie que je connaissais déjà, cependant je finissais souvent en larme ne pouvant finir les morceaux que je commençais…

J’ai beau dire que je suis seule, mais il y avait mon père. Il devait se sentir encore plus seul, mais non, il arrivait à sourire en me regardant, d’ailleurs c’est grâce à lui que j’ai pu faire face à cet horrible deuil… C’est aussi grâce à lui qu’aujourd’hui nous sommes au Japon. Steeve, mon père m’a proposé ça pour essayer de connaitre la famille de ma mère, ses sœurs, mais aussi mes grands-parents, et sa propre culture… Mon père lui connaissait déjà tout ça, mes parents s’étaient justement rencontrés au pays du soleil levant avant de repartir tous deux ensembles vers Manchester…

Que faire maintenant que je suis au Japon ? C’était la question que je me suis posée … De toute façon je n’avais pas trop le choix, il fallait déjà que je finisse mes études, je n’avais pas encore eu de diplôme… Sauf que petit problème, je ne parle pas un mot de japonais, bien sûr que je connais les bases que ma mère m’avait enseignées, mais je ne serais jamais apte à faire des phrases enchainées en japonais. Qui plus ai-je dois avoir un accent des plus horribles... De toute façon, je n’avais plus le choix, il fallait apprendre et vite, ma rentrée a lieu demain et j’avais juste avec moi un plan de la ville, et un dictionnaire anglais – japonais ; de quoi me faciliter la tâche…

Mais pour le moment nous logions à l’hôtel, mon père n’avait pas encore eu la possibilité de se trouver une maison convenable, et moi j’allais surement loger au pensionnat comme convenu avec tuteur biologique… À la simple pensée de savoir que je vais devoir cohabiter avec d’autres élèves me réchauffe le cœur, mais pas seulement et en y pensant un peu plus je pouvais ressentir en moi de la peur, surement cette peur d’affronter la vie en communauté, et de devoir oublier le passer… Je ne saurais dire si un jour j’arriverais à faire le grand saut, peut-être jamais, mais ça le temps nous le diras…

Aujourd’hui…
C’était la veille de ma rentré, je n’avais encore rien préparé pour le lendemain, j’étais là assise sur mon lit, mon cahier de musique devant moi, ma guitare dans la main et le crayon dans la bouche, ma simple pensé allait vers ma mère et mes doigts se mire à écrire tout seul, ce soir j’étais assez inspirée, et j’ai pu en sortir quelques phrases… :

"Je t'écris cela par envie, par instinct, par l'amour d'écrire. À peine ma plume posée, mon cœur s'emballe, sentant le doux contact de ton toucher, à chaque griffure, un frisson me parcours au bruit que tu laisses sous cette pointe encrée d'amour. Je m'en délecte, à chaque instant, de te sentir crier à mon passage, souffler lorsque je pose cet objet qui me permet de te parler.

Le temps me guette, je dois m'empresser de te signer, d'un élan vif et assurer, je te vole encore quelque instant, ton murmure, contre ma plume, m'extirpe un soupire. Et tu es déjà loin. J'attendrais patiemment de pouvoir recommencer à t'écrire, me remémorant ce court moment fusionnel."


Si on ne comprenait pas le sens des phrases que j’avais pu écrire, il fallait passer outre, seuls les passionnés de musique peuvent comprendre, et cela n’est donné à personne… C’est seulement quelques heures après que la fatigue commençait à se faire sentir dans mon corps, mes paupières étaient lourdes et commençait légèrement à gratter… Je finis alors par ranger mes affaires, puis a les préparer pour le lendemain avant d’aller dormir…

J’avais bien dormi, mais le soleil ne fut point au goût de tous, mes yeux répondit durement à l'appel du soleil tandis que mes cheveux... Quant à eux ne voulurent y répondre, restant dans la même position, démontrant une bataille acharnée nocturne. Je finis alors par me réveiller, mon réveil n’avait pas encore sonné, j’étais donc en avance pour ma rentrée. Mon premier geste fut donc de dompter cette chevelure rebelle avant toute chose puis de me prendre une douche, et de finir par un bon petit déjeuner avec des croissants fraichement préparés par l’hôtel avant de partir pour le pensionnat.

Le départ…

Je crois que tout est près, j’ai mon collier, quelques dossiers et des stylos de quoi écrire, la seule chose que je n’avais pas avec moi c’était ma guitare, je ne savais pas vraiment si j’avais le droit ... Aujourd’hui c’était mon père qui m’avait déposée, et on était en voiture, ce qui m’a d’ailleurs permis de porter une robe noire assez fine, ni trop courte ni trop longue, avec sans oublier mes bottines préférées et des gants noirs rayés par des traits mauves…

Une fois arrivée mon père m’embrassa sur le front et me dit de l’appeler en cas de problème… Ce que je ne ferais surement pas afin de ne pas l’inquiéter… Après cet au revoir, je m’avançai timidement, et posa un pied à l’entrée, ce qui devait surement être l’entrée de l’établissement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
I'm Invité !


MessageSujet: Re: A new road... Then I looked forward (pv lovren) Lun 3 Sep - 8:12

'' La fatigue peut devenir un moteur pour avancer. ''



'' Beau temps.. Je préfère la pluie moi. ''




    Dès 8h, faire du sport dans tout les sens, ça fouette et ça en réveille déjà quelques-uns. Mais le pire dans tout ça, ce sont les courbatures possibles, que l'on peut contracter si on ne s'échauffe pas correctement ou si l'on va un peu trop fort sans un bon échauffement. Pire que l'eau froide, le sport réveille totalement le corps, à contrario de l'eau froide. Bref, tout ça pour dire que le jeune homme était parfaitement réveillé à la fin de son premier cours. Du moins, c'était pas vraiment un cours mais une sorte de rattrapage pour les personnes qui ont des difficultés dans cette matière. Généralement, le rattrape en sport est plutôt rare vu que la plupart des élèves se débrouillent plutôt, mais comme partout, il y a des élèves qui vont irrémédiablement échoué lors des contrôles ou test plutôt, entrainant leur corps dans un cours de soutien. Autant ça faisait chier les élèves, mais surtout le professeur, car ça l'obligeait à se lever aux aurores pour pouvoir assurer ce soutien, chose qu'il n'avait pas forcément envie de faire, surtout par la chaleur de cette fin d'été. Autant dire tout de suite, que si il pouvait s'en passer, il le ferait sans hésitation mais bon.. c'était ça être professeur : Pensez au bien-être de ses élèves avant de penser à soi-même. Quelle barbe quand même..



    Lorsque son cours fut terminé, l'homme éprouva tout comme ses élèves, un soulagement à l'idée d'avoir le droit d'aller se reposer. Oui parce que, il avait fait en sorte de mettre le soutien, la matinée de son jour de repos, comme ça, direct au dodo après cette séance épuisante. Mais pas aujourd'hui, du moins, c'était le pressentiment que Lovren avait eu ce matin, en se levant. L'homme remit ses affaires dans son sac et au moment où il allait repartir vers sa chambre, quelqu'un l'appela depuis la salle de radio, du lycée. D'habitude, ils envoyaient un élève pour appeler les professeurs, pas cette fois on dirait. :


« Mr Marchenovitch est demandé dans le bureau du Directeur. »


    l haussa un sourcil quand on l'appela, ne comprenant pas vraiment la raison de cet entretien spontané, dirons-nous. Qu'est-ce qu'il allait lui demander, pour l'appeler ainsi. L'homme se rendit aussitôt dans le bureau de son employeur, penchant légèrement par la suite. Il toqua deux fois et lorsqu'un '' Entrer ! '' se fit entendre, il poussa la porte pour entrer et fermer derrière lui. Tout cela semblait bien cérémonieux. Après quelques minutes de discussion entre les deux hommes, Lovren sortit du bureau en venant se gratter la tête, maudissant ce jour pourri. Il était encore tôt mais cette fois-ci, pas de dodo. Non. Une nouvelle élève devait arriver selon le directeur et il n'avait personne pour l'accueillir, a part le professeur de sport, donc il fut chargé, bien entendu, de son accueil au sein du pensionnat.

    Grognant légèrement en prenant la direction du Hall, l'homme déposa d'abord ses affaires dans sa chambre et réajusta sa tenue en se dirigeant vers le hall afin de sortir et d'atteindre le grillage. Au même moment, une jeune fille d'une beauté epoustonflante, arriva et à partir de là, il cligna plusieurs fois des yeux. Il ne l'avait jamais vu mais wahou... Quel choc, elle était magnifique avec ses longs cheveux qui devaient être si doux..

« Ainsi..T..Tu es la nouvelle élève ? »

[En cours]
Revenir en haut Aller en bas

A new road... Then I looked forward (pv lovren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Yokosami :: Archives :: Archives-
Sauter vers: